Érosion de la majorité présidentielle : une analyse des données de Datan

22 août 2020 ACTUALITÉ POLITIQUE
Image article

Les députés ont approuvé leur confiance au nouveau Premier ministre Jean Castex, le mercredi 15 juillet 2020. Le chef de l'exécutif, qui succède à Édouard Philippe, a obtenu la confiance de 345 députés, soit 61 % des votants.

C'est le troisième vote de confiance depuis le début de la législature, en 2017. La majorité obtenue par Jean Castex, bien que confortable, est plus faible que celles obtenues par son prédécesseur en 2017 (65 %) et en 2019 (63 %).

La majorité présidentielle s'est-elle érodée depuis 2017 à l'Assemblée nationale ? 

C'est la question que se posent Olivier Costa, directeur de recherche au CNRS, et Awenig Marié, chercheur à l'Université Libre de Bruxelles (ULB), dans un article publié sur The Conversation et analysant les données de Datan.

De moins en moins de députés Marcheurs

Ils indiquent que la baisse de la majorité obtenue par le gouvernement lors des trois votes de confiance (2017, 2019 et 2020) résulte de la diminution du nombre de députés membres du groupe La République en Marche (LaREM). Ses effectifs ont en effet baissé de 10% depuis 2017. La plupart des députés ayant quitté le groupe présidentiel et qui ont accordé leur confiance à Édouard Philippe en 2017 n'ont pas hésité à voter contre Jean Castex en 2020.

Ils notent également que l'hémorragie résulte du déclin de soutiens extérieurs: "une dizaine de députés non membres de LREM – issus des groupes UDI, LT, socialiste et LR – qui avaient accordé leur confiance à Édouard Philippe en 2017, ne l’ont pas fait en 2019."

Une opposition en plus en plus frontale

Les deux chercheurs montrent également que le nombre de députés affichant leur opposition au gouvernement a considérablement augmenté. Le graphique ci-dessous montre les positions adoptées par les députés ayant pris part aux trois votes de confiance. 

Evolution des votes des 533 députés qui ont pris part aux trois votes de confiance (2017, 2019 et 2020).

Le nombre de parlementaires s'opposant au gouvernement est passé de 60 en 2017 à 163 en 2020. Alors que l'opposition de certains groupes est restée constante (La France Insoumise, groupe communiste), l'évolution vient des bancs Les Républicains et socialistes. Les députés membres de ces deux groupes sont passés d'une opposition modérée en 2017 (abstention) à une opposition frontale en 2020, en votant contre la confiance à Jean Castex.

Pour lire leur l'analyse, cliquez ici.