Soutenez-nous !
LÉGISLATURE 16 - VOTE n° 2226

L'amendement n° 680 de M. Lenormand et l'amendement identique suivant à l'article 27 du projet de loi d'orientation et de programmation du ministère de la justice 2023-2027 (première lecture).

ADOPTÉ
POUR 78
ABSTENTION 17
CONTRE 0

Résultat du vote

Les députés ont adopté le 10 juillet 2023 l'amendement n° 680 de M. Lenormand et l'amendement identique suivant à l'article 27 du projet de loi d'orientation et de programmation du ministère de la justice 2023-2027 (première lecture).

Au total, 95 députés ont pris part au vote : 82 % ont voté en faveur, 0 % ont voté contre, et 18 % se sont abstenus.

Infos

Date 10 juillet 2023
Type de vote Amendement
Dossier Orientation et programmation du ministère de la justice 2023-2027

La position des groupes

POUR
Horizons et apparentés
Les Républicains
Renaissance
La France insoumise - NUPES
Libertés, Indépendants, Outre-mer et Territoires
Gauche démocrate et républicaine - NUPES
Écologiste - NUPES
Démocrate (MoDem et Indépendants)
Socialistes et apparentés - NUPES

Ce vote n'est pas compréhensible ?

Certains votes peuvent être compliqués à comprendre. Comment savoir à quoi correspond un article dans un projet de loi ? Comment connaître le contenu de tel amendement ?

Pas de problème, l’équipe de Datan contextualise et simplifie certains votes.

Vous souhaitez que l'on vous explique ce vote ? Demandez-nous-le !

Infos

Date 10 juillet 2023
Type de vote Amendement
Dossier Orientation et programmation du ministère de la justice 2023-2027

En savoir plus

L'auteur de l'amendement

Un amendement est un texte, déposé par un ou plusieurs députés, qui vise à modifier un projet ou une proposition de loi. Il y a un auteur principal, mais un amendement peut être cosigné par plusieurs députés.

Stéphane Lenormand

Stéphane Lenormand

Saint-Pierre-et-Miquelon (975)

Les votes des députés et des groupes

Exposé des motifs de l'amendement

L'objectif d'un amendement est de modifier ou d'ajouter une mesure d'un projet ou d'une proposition de loi. Le ou les députés qui rédigent l'amendement écrivent également un exposé des motifs.

L’article 27 du projet de loi modifie l’article 804 du code de procédure pénale relatif à l’application des dispositions de ce code en Nouvelle-Calédonie, dans les Iles Wallis-et- Futuna, et en Polynésie française, à l’exception de certaines dispositions, afin d’y étendre les modifications apportées à ce code par les articles 3 à 5 du projet de loi.

Le présent amendement propose de compléter les modifications apportées à cet article 804 afin d’ajouter à la liste des dispositions qui ne sont pas applicables dans ces territoires celles concernant la cour criminelle départementale.

La loi du 22 décembre 2021 pour la confiance dans l’institution judiciaire en effet prévu la généralisation de la cour criminelle départementale sur l’ensemble du territoire national à compter du 1er janvier 2023.

Composée de 5 magistrats professionnels – et non de jurés –, la cour criminelle départementale est compétente pour juger en premier ressort les crimes punis de 15 ou 20 ans de réclusion criminelle. L’objectif de cette réforme est de juger plus rapidement ces crimes, et de limiter leur correctionnalisation, en ne prévoyant pas l’intervention de la cour d’assises. Le département de Mayotte a été exclu de cette généralisation.

La loi du 22 décembre 2021 a cependant omis d’exclure de cette généralisation les territoires de Wallis-et-Futuna et de Saint-Pierre-et-Miquelon alors que, compte tenu à la fois du faible nombre d’affaires localement en instance de jugement et de la rareté des correctionnalisations, la modification des modalités de jugement des crimes n’y présente aucune utilité. Du fait du nombre limité de magistrats sur place, et de l’absence de magistrats honoraires ou d’avocats honoraires, l’application de la cour criminelle départementale serait, au contraire, source d’une complexification inutile et risquerait de générer une hausse des délais de jugement.

Il est donc nécessaire d’exclure la généralisation des cours criminelles départementales à Wallis-et-Futuna, ce qui justifie de compléter à cette fin l’article 804, ainsi qu’à Saint-Pierre- et-Miquelon, ce qui justifie de compléter de la même manière l’article 908 qui traite de cette collectivité territoriale.
Tel est l’objet du présent amendement.

Cette exclusion entrant en vigueur après le 1er janvier 2023, une disposition transitoire prévoit que les personnes renvoyées devant la cour criminelle départementale dans ces territoires avant l’entrée en vigueur de la présente loi et non jugées à cette date seront considérées comme renvoyées devant la cour d’assises.

Source : Amendement sur le site de l'Assemblée nationale

En savoir plus

Les derniers votes décryptés par Datan