Soutenez-nous !
LÉGISLATURE 15 - VOTE n° 573

L'amendement n° 994 de Mme Taurine après l'article 33 bis du projet de loi pour une immigration maîtrisée, un droit d'asile effectif et une intégration réussie (première lecture).

REJETÉ
POUR 23
ABSTENTION 1
CONTRE 113

Résultat du vote

Les députés ont rejeté le 22 avril 2018 l'amendement n° 994 de Mme Taurine après l'article 33 bis du projet de loi pour une immigration maîtrisée, un droit d'asile effectif et une intégration réussie (première lecture).

Au total, 137 députés ont pris part au vote : 82 % ont voté contre, 17 % ont voté en faveur, et 1 % se sont abstenus.

Infos

Date 22 avril 2018
Type de vote Amendement
Dossier Immigration maîtrisée, droit d'asile effectif et intégration réussie

La position des groupes

POUR
Nouvelle Gauche
Gauche démocrate et républicaine
La France insoumise
CONTRE
Non inscrit
Les Républicains
Mouvement Démocrate et apparentés
La République en Marche

Ce vote n'est pas compréhensible ?

Certains votes peuvent être compliqués à comprendre. Comment savoir à quoi correspond un article dans un projet de loi ? Comment connaître le contenu de tel amendement ?

Pas de problème, l’équipe de Datan contextualise et simplifie certains votes.

Vous souhaitez que l'on vous explique ce vote ? Demandez-nous-le !

Infos

Date 22 avril 2018
Type de vote Amendement
Dossier Immigration maîtrisée, droit d'asile effectif et intégration réussie

En savoir plus

L'auteure de l'amendement

Un amendement est un texte, déposé par un ou plusieurs députés, qui vise à modifier un projet ou une proposition de loi. Il y a un auteur principal, mais un amendement peut être cosigné par plusieurs députés.

Bénédicte Taurine

Bénédicte Taurine

Ariège (09)

Les votes des députés et des groupes

Exposé des motifs de l'amendement

L'objectif d'un amendement est de modifier ou d'ajouter une mesure d'un projet ou d'une proposition de loi. Le ou les députés qui rédigent l'amendement écrivent également un exposé des motifs.

L’article L. 313‑14 du CESEDA, créé en 2006, a constitué la première base légale explicite pour l’admission exceptionnelle au séjour, qui était précédemment exercée de manière discrétionnaire par l’autorité préfectorale.

Afin de cadrer cette admission exceptionnelle au séjour, différentes circulaires interprétatives du ministre de l’Intérieur ont ainsi précisé les modalités de son application.

À cet effet, la circulaire dite « Valls » du 28 novembre 2012 prévoit notamment différentes possibilités d’admission exceptionnelle au séjour, telles que celles relatives à l’octroi d’un titre de séjour « salarié », ou « vie privée et familiale ».

Or, par exemple, en ce qui concerne l’admission exceptionnelle au séjour au titre du travail est ainsi encadrée : nécessité de présenter « un contrat de travail ou une promesse d’embauche, (…) une ancienneté de travail de 8 mois, consécutifs ou non sur les 24 derniers mois ou de 30 mois, consécutifs ou non, sur les 5 dernières années (…) une ancienneté de séjour significative, qui ne pourra qu’exceptionnellement être inférieure à cinq années de présence effective en France (…) [ainsi qu’une] rémunération au moins égale au salaire minimum de croissance mensuel. ».

Or, toutes les personnes ne sont pas égales face à l’appréciation de ces critères de régularisation, puisque les discriminations de tout type impliquent que les victimes de celles-ci sont doublement préjudiciées (dans leur vie personnelle et professionnelle, et dans le cadre d’une demande de titre de séjour sur le fondement de l’article L. 313‑14 du CESEDA).

A titre d’exemple, pour les inégalités entre femmes et hommes, l’INSEE a notamment produit une dernière étude complète en 2017 (https ://www.insee.fr/fr/statistiques/2586548) qui liste toutes les disparités d’accès à l’emploi, à un salaire de même niveau que celui des hommes pour un travail égal, à d’autres activités de par l’importance des charges domestiques et de famille par exemple). Ainsi, si le SMIC est demandé dans le cadre de la circulaire VALLS, que dire de ces femmes qui percevaient dans le secteur privé en moyenne 18 % de moins que les hommes en équivalent temps plein (https ://www.inegalites.fr/Les-inegalites-de-salaires-entre-les-femmes-et-les-hommes-etat-des-lieux). Comment peut-on apprécier de manière similaire l’insertion professionnelle d’une personne en situation de handicap (https ://www.defenseurdesdroits.fr/sites/default/files/atoms/files/rapport_sur_lemploi_des_femmes_en_situation_de_handicap-accessiblefinal.pdf) ou par rapport à son âge (https ://www.defenseurdesdroits.fr/sites/default/files/atoms/files/ddd_fic_age.pdf) ?

Pour ce faire, et éviter de renforcer ces discriminations, la rédaction actuelle de l’article L. 313‑14 et sa circulaire d’application créant ainsi une forme de « double peine » nous proposons d’imposer à l’autorité administrative de prendre en compte l’existence de ces discriminations pour apprécier le droit au séjour des personnes faisant une demande de titre sur le fondement de l’article L. 313‑14 du CESEDA.

Source : Amendement sur le site de l'Assemblée nationale

En savoir plus

Les derniers votes décryptés par Datan