Soutenez-nous !
LÉGISLATURE 16 - VOTE n° 3098

L'amendement de rétablissement n° 7 de M. Bompard à l'article 3 (supprimé) de la proposition de loi visant à lutter contre l'inflation par l'encadrement des marges des industries agroalimentaires, du raffinage et de la grande distribution et établissant un prix d'achat plancher des matières premières agricoles (première lecture).

ADOPTÉ
POUR 123
ABSTENTION 4
CONTRE 94

Résultat du vote

Les députés ont adopté le 30 novembre 2023 l'amendement de rétablissement n° 7 de M. Bompard à l'article 3 (supprimé) de la proposition de loi visant à lutter contre l'inflation par l'encadrement des marges des industries agroalimentaires, du raffinage et de la grande distribution et établissant un prix d'achat plancher des matières premières agricoles (première lecture).

Au total, 221 députés ont pris part au vote : 56 % ont voté en faveur, 43 % ont voté contre, et 2 % se sont abstenus.

Infos

Date 30 novembre 2023
Type de vote Amendement
Dossier Lutter contre l’inflation par l’encadrement des marges des industries agroalimentaires, du raffinage et de la grande distribution et établissant un prix d’achat plancher des matières premières agricoles

La position des groupes

POUR
La France insoumise - NUPES
Gauche démocrate et républicaine - NUPES
Rassemblement National
Écologiste - NUPES
Socialistes et apparentés
CONTRE
Démocrate (MoDem et Indépendants)
Horizons et apparentés
Renaissance

Ce vote n'est pas compréhensible ?

Certains votes peuvent être compliqués à comprendre. Comment savoir à quoi correspond un article dans un projet de loi ? Comment connaître le contenu de tel amendement ?

Pas de problème, l’équipe de Datan contextualise et simplifie certains votes.

Vous souhaitez que l'on vous explique ce vote ? Demandez-nous-le !

Infos

Date 30 novembre 2023
Type de vote Amendement
Dossier Lutter contre l’inflation par l’encadrement des marges des industries agroalimentaires, du raffinage et de la grande distribution et établissant un prix d’achat plancher des matières premières agricoles

En savoir plus

L'auteur de l'amendement

Un amendement est un texte, déposé par un ou plusieurs députés, qui vise à modifier un projet ou une proposition de loi. Il y a un auteur principal, mais un amendement peut être cosigné par plusieurs députés.

Manuel Bompard

Manuel Bompard

Bouches-du-Rhône (13)

Les votes des députés et des groupes

Exposé des motifs de l'amendement

L'objectif d'un amendement est de modifier ou d'ajouter une mesure d'un projet ou d'une proposition de loi. Le ou les députés qui rédigent l'amendement écrivent également un exposé des motifs.

Le présent amendement vise à rétablir l’article 3 de la proposition de loi, relatif à l’encadrement de la marge brute de raffinage, dans la rédaction qu’avait proposée votre rapporteur lors du passage du texte en commission.

Il s’agit par ce dispositif de corriger la dichotomie que l’on a pu observer entre un cours du pétrole qui stagne (voire diminue ou, à tout le moins, n’augmente que légèrement) et un niveau de la marge brute de raffinage qui augmente fortement pour sa part. Dans une telle situation, une marge est alors perçue par les entreprises de raffinage de façon indue puisque sans lien avec le prix de la matière première, cette marge ayant vocation à se répercuter très directement sur le prix de vente des produits raffinés aux distributeurs, lesquels ne pourront à leur tour que répercuter cette hausse au détriment des automobilistes.

Tout en conservant la logique générale de la rédaction initiale de la proposition de loi, la présente rédaction du I se veut plus précise et vise donc à :

- préciser la rédaction en faisant référence aux « activités de cokéfaction et de raffinage » (formule qui reprend l’intitulé figurant à la division 9 de la section C de la nomenclature des activités et des produits français établie par l’Insee, la cokéfaction désignant la transformation des résidus lourds du pétrole en résidus plus légers et en coke, soit une sorte de charbon combustible) ;

- clarifier les données préalables à la mise en œuvre du mécanisme de coefficient multiplicateur. Il s’agit ainsi de corriger une évolution défavorable au consommateur qui verrait le taux de marge brute des raffineurs augmenter plus rapidement que le cours officiel du baril de pétrole brut, ce qui laisse supposer un accroissement des marges au bénéfice des raffineurs. Votre rapporteur a opéré un changement par rapport à la rédaction proposée en commission en permettant d’actionner le coefficient multiplicateur à partir du moment où le décalage entre la marge brute de raffinage et le niveau du cours du pétrole est observé sur une durée de quatre mois et non de six comme initialement proposé. En effet, lorsqu’on compare l’évolution des deux tendances sur les 30 derniers mois, la prise en compte d’une durée de six mois n’aurait permis d’actionner le dispositif qu’une seule fois ; en revanche, prendre en considération une durée de quatre mois aurait permis de déclencher le coefficient en août 2023 au vu de la période avril-juillet 2023, lorsque l’inflation a été très durement ressentie par les Français… On aurait également pu mettre en œuvre le dispositif en novembre 2022 au regard de la période juillet-octobre 2022 où la marge brute de raffinage a explosé alors que le cours du pétrole brut est resté à un niveau relativement stable ;

- fixer la valeur du coefficient multiplicateur non plus à une valeur chiffrée établie une fois pour toutes mais à un niveau qui ne peut être supérieur à la moyenne des taux de marge brute des dix dernières années, entre le prix d’achat de la tonne de pétrole brut et le prix de vente au distributeur de la tonne de carburant qui en est issue.

Quant au II, relatif à la mise en œuvre du coefficient multiplicateur de façon immédiate, à compter du 1er janvier 2024, il s’agit de le sortir du précédent dispositif, son caractère contingent n’ayant pas vocation à être codifié.

Enfin, le III vise à demander au Gouvernement, qui calcule dès à présent la marge brute de raffinage sur Brent chaque mois, de publier une note facilement accessible sur le site du ministère de l’environnement (cette tâche pouvant être confiée à la direction générale de l’énergie et du climat, avec l’appui de la DGCCRF) détaillant la composition du prix des carburants distribués au consommateur afin que celui-ci connaisse la part prise par chaque intermédiaire dans la formation finale du prix du carburant à la pompe. Cette demande va dans le sens d’une plus grande transparence et d’une meilleure compréhension des fluctuations du prix de l’essence que nos concitoyens peuvent subir au quotidien.

Source : Amendement sur le site de l'Assemblée nationale

En savoir plus