Soutenez-nous !
LÉGISLATURE 16 - VOTE n° 2613

L'amendement n° 1721 (rect.) de M. Gernigon et l'amendement identique suivant après l'article 7 du projet de loi pour le plein emploi (première lecture).

ADOPTÉ
POUR 156
ABSTENTION 5
CONTRE 6

Résultat du vote

Les députés ont adopté le 02 octobre 2023 l'amendement n° 1721 (rect.) de M. Gernigon et l'amendement identique suivant après l'article 7 du projet de loi pour le plein emploi (première lecture).

Au total, 167 députés ont pris part au vote : 93 % ont voté en faveur, 4 % ont voté contre, et 3 % se sont abstenus.

Infos

Date 02 octobre 2023
Type de vote Amendement
Dossier Pour le plein emploi

La position des groupes

POUR
Démocrate (MoDem et Indépendants)
Socialistes et apparentés - NUPES
Les Républicains
Horizons et apparentés
Rassemblement National
Renaissance
CONTRE
Écologiste - NUPES
Libertés, Indépendants, Outre-mer et Territoires

Ce vote n'est pas compréhensible ?

Certains votes peuvent être compliqués à comprendre. Comment savoir à quoi correspond un article dans un projet de loi ? Comment connaître le contenu de tel amendement ?

Pas de problème, l’équipe de Datan contextualise et simplifie certains votes.

Vous souhaitez que l'on vous explique ce vote ? Demandez-nous-le !

Infos

Date 02 octobre 2023
Type de vote Amendement
Dossier Pour le plein emploi

En savoir plus

L'auteur de l'amendement

Un amendement est un texte, déposé par un ou plusieurs députés, qui vise à modifier un projet ou une proposition de loi. Il y a un auteur principal, mais un amendement peut être cosigné par plusieurs députés.

François Gernigon

François Gernigon

Maine-et-Loire (49)

Les votes des députés et des groupes

Exposé des motifs de l'amendement

L'objectif d'un amendement est de modifier ou d'ajouter une mesure d'un projet ou d'une proposition de loi. Le ou les députés qui rédigent l'amendement écrivent également un exposé des motifs.

Le présent amendement a pour objet d’une part de renforcer l’accompagnement des demandeurs d’emploi en facilitant leurs démarches et en leur permettant de valoriser leurs compétences acquises et, d’autre part, de permettre à l’opérateur France Travail et à certains membres du réseau des acteurs de l’insertion et de l’emploi de disposer des données nécessaires à l’exercice de leurs missions. 

Dans la suite du rapport France Travail remis en avril 2023 par le Haut-Commissaire à l'emploi et à l'engagement des entreprises, le présent projet de loi prévoit l’inscription systématique, facilitée et accélérée des demandeurs d’emploi auprès de l’opérateur France Travail. Pour faciliter l’accompagnement des personnes concernées, il est préconisé que les données collectées par la Caisse des dépôts et consignations (CDC) dans le cadre du passeport d’orientation, de formation et de compétences puissent être communiquées, notamment à l’opérateur France Travail sans action supplémentaire de l’usager.

Comme le préconise le rapport, l’accès aux données du passeport d’orientation, de formation et de compétences par les certains acteurs du réseau des acteurs de l’insertion et de l’emploi, dans le cadre de l’exercice de leurs missions d’orientation, d’accompagnement, de formation et d’insertion, pourrait faciliter certaines démarches du titulaire. Il en est ainsi des conseillers en évolution professionnelle (CEP) ou l’opérateur France Travail afin qu’ils puissent réaliser des accompagnements personnalisés à partir du profil de la personne.

L’usager sera toujours le seul titulaire de ses données et pourra, dans son espace personnel France Travail ou passeport d d’orientation, de formation et de compétences, venir les compléter, modifier ou confirmer, réduisant les risques d’erreurs et les oublis, en particulier sur les ressources ou encore certains documents administratifs.  Dans toute autre hypothèse, l’accès aux données du passeport par un tiers demeurera conditionné au consentement préalable du titulaire.

Conformément aux dispositions du premier alinéa du II de l’article L. 6323-8 du code du travail, ainsi qu’à l’article L. 6323-46 du même code, les modalités d’application de cette transmission automatique et notamment les données concernées seront fixées par décret en Conseil d’Etat.

Dans cette perspective, le présent amendement étend également le champ des données pouvant constituer et alimenter le passeport :

-       D’une part, il est proposé que le passeport de d’orientation, de formation et de compétences puisse comprendre toutes les informations qui pourraient être valorisées comme compétences et être mentionnées comme données certifiées par la Caisse des dépôts des consignations, comme par exemple les examens de conduite, les engagements volontaires et bénévoles, le brevet d'aptitude aux fonctions d'animateur, les distinctions et des diplômes, grades ou « open badges » délivrés notamment par les associations, fédérations sportives ou encore les comités des rencontres sportives internationales qui se déroulent en France ;  

-       D’autre part, le présent amendement propose de compléter les sources d’alimentation du passeport. : si l’alimentation du traitement SI CPF par la déclaration sociale nominative (DSN) est un moyen pour la Caisse des dépôts des consignations de disposer des données relatives à la carrière professionnelle du titulaire de compte, la profondeur temporelle des informations est limitée et ces données ne couvrent que les salariés. L’accès au registre des carrières uniques (RGCU) apparaît comme un complément indispensable. Alimenté par tous les régimes de retraites, le RGCU regroupe en effet l’ensemble des données concernant les carrières, y compris les données anciennes de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV) ou celles des professions non soumises à la DSN (travailleurs non-salariés).

Enfin, il est nécessaire que les organismes et ministères certificateurs puissent recueillir et transmettre le numéro d'inscription au répertoire des personnes physiques (NIR) à la Caisse des dépôts et consignations dans le cadre des échanges avec le système d’information du compte personnel de formation (SI-CPF). En effet, l’absence d’utilisation du NIR par les organismes et ministères certificateurs et la Caisse des dépôts et consignations pour cette finalité conduit à près de 10% d’erreurs sur les données transmise et ce, alors même que pour d’autres usages, l’utilisation du NIR est autorisée (données adressées par les organismes de formation ou dans le cadre des données sociales transmises par les organismes de sécurité sociale). Ce besoin concerne moins de 3 000 organismes et ministères certificateurs et est également indispensable pour que les demandeurs d’emploi puissent bénéficier de données complètes et fiabilisées dans leur passeport de compétences en vue de leurs futures démarches de recherche et d’insertion dans l’emploi.

Source : Amendement sur le site de l'Assemblée nationale

En savoir plus