Soutenez-nous !
LÉGISLATURE 16 - VOTE n° 127

L'amendement n° 603 de M. Coquerel à l'article 6 et État B du projet de loi de finances rectificative (première lecture).

REJETÉ
POUR 102
ABSTENTION 51
CONTRE 173

Résultat du vote

Les députés ont rejeté le 25 juillet 2022 l'amendement n° 603 de M. Coquerel à l'article 6 et État B du projet de loi de finances rectificative (première lecture).

Au total, 326 députés ont pris part au vote : 53 % ont voté contre, 31 % ont voté en faveur, et 16 % se sont abstenus.

Infos

Date 25 juillet 2022
Type de vote Amendement
Dossier Loi de finances rectificative pour 2022

La position des groupes

POUR
La France insoumise - NUPES
Libertés, Indépendants, Outre-mer et Territoires
Gauche démocrate et républicaine - NUPES
Écologiste - NUPES
Socialistes et apparentés - NUPES
CONTRE
Non inscrit
Horizons et apparentés
Les Républicains
Renaissance
Démocrate (MoDem et Indépendants)

Ce vote n'est pas compréhensible ?

Certains votes peuvent être compliqués à comprendre. Comment savoir à quoi correspond un article dans un projet de loi ? Comment connaître le contenu de tel amendement ?

Pas de problème, l’équipe de Datan contextualise et simplifie certains votes.

Vous souhaitez que l'on vous explique ce vote ? Demandez-nous-le !

Infos

Date 25 juillet 2022
Type de vote Amendement
Dossier Loi de finances rectificative pour 2022

En savoir plus

L'auteur de l'amendement

Un amendement est un texte, déposé par un ou plusieurs députés, qui vise à modifier un projet ou une proposition de loi. Il y a un auteur principal, mais un amendement peut être cosigné par plusieurs députés.

Éric Coquerel

Éric Coquerel

Seine-Saint-Denis (93)

Les votes des députés et des groupes

Exposé des motifs de l'amendement

L'objectif d'un amendement est de modifier ou d'ajouter une mesure d'un projet ou d'une proposition de loi. Le ou les députés qui rédigent l'amendement écrivent également un exposé des motifs.

Par cet amendement, nous proposons de compenser pour la fonction publique hospitalière, la hausse du point d’indice des fonctionnaires de 3,5%. C’est une mesure dérisoire après des années de gel du point d’indice, mais impossible à assumer pour des hôpitaux asséchées financièrement depuis des années.

Le coût de cette mesure est estimé à 7,47 milliards d’euros, répartis de la manière suivante : 3,2 milliards pour la fonction publique d’État, 2,8 milliards pour la fonction publique territoriale et 1,99 milliards pour la fonction publique hospitalière. Il revient donc aux collectivités et aux hôpitaux d’assumer une part importante de la réévaluation des traitements des agents publics. Or, le Gouvernement n’a prévu aucun mécanisme compensatoire à cet effet.

Un amendement adopté en Commission des finances prévoit une compensation pour les Collectivités territoriales. Cet amendement prévoit une compensation pour la fonction publique hospitalière. Conformément aux règles de recevabilité, cet amendement annule 2 milliards d'euros en AE et en CP sur le programme 552 Dépenses accidentelles et imprévisibles et abonde de 2 milliards d'euros en AE et CP et en crédits de titre 2 l'action unique du nouveau programme Compensation du coût de la revalorisation du point d'indice pour la fonction publique hospitalière. L'annulation de 2 milliards d'euros en AE et CP sur le programme 552 ne vise qu'à respecter les règles de recevabilité des amendements de crédit. 

Source : Amendement sur le site de l'Assemblée nationale

En savoir plus